Galerie

STADTSCHLOSS MOHABIT [1]

1]Nom de l’association de quartier : Petit palais !

visite avec Suzanne …presque chez des cousins !

Beaucoup de points communs avec nos différentes maisons de quartier, dans les activités proposées. Ce qui est flagrant, c’est la volonté de créer des ponts, du lien entre les personnes, de tout profil. Un lieu d’accueil qui ressemble à un salon de thé chaleureux et accessible : 1er thé offert, le suivant à 0,20. tenu par des bénévoles. Un repas à 3,50 la semaine et à 2,50 le vendredi. Des projets qui partent des personnes et pour elles. Cette association de voisinage a candidaté pour un projet tourné vers les populations en difficultés.

bâtiments : un ancien et une construction récente, au coeur du quartier de Mohabiter, porté par une association de quartier et affilié à la UFA FABRIK ( voir l’organigramme de la UFA envoyé par Patrick!).  Locaux mis à disposition pour les associations :

# avec un KITA ( jardin d’enfant car au dessus de 6 ans, houste à l’école) où plusieurs langues et cultures se mélangent avec réussite et en lien avec les autres activités ;

# une chouette bibliothèque internationale, objectif SUR … lecture, littérature et culture. Et ça assure ! … un projet maintenant reconnu et financé. On a aimé le coté militant,  on crée, on fait sans argent, on se débrouille, ça vit, on est connu, reconnu puis financé (une documentaliste à 30 h/semaine, une mise en réseau avec les bibliothèques municipales), beaucoup de bénévolat pour créer et faire vivre le lieu mais les comptes sont toujours un peu justes ( on connaît aussi)

Peu de propositions payantes, salles gratuites, la subvention paye 1,5 postes occupés par 2 personnes.  Des bénévoles et parfois des personnes les aident avec un travail d’intérêt général comme mesure de réparation

PORTRAIT DES HABITANTS : quartier pas joli (traduction de Antje) mais hétérogène, des étudiants (éducation élevée), des étrangers, une industrie conséquente à Berlin, donc beaucoup de passage de salariés, proximité de quartiers bourgeois, manque de certains services, donc obligation d’aller à l’extérieur du quartier. Suzanne en conclue fièrement que cela produit un grand réseau *culturel *social * d’éducation avec de l’interconnaissance créant de l’entraide. Les prix des appartements augmentent  actuellement, chassant les populations défavorisés.

Pole emploi permet quelques « petits emplois aidés ».

Des propositions assez proches de nos maisons de quartier : des loisirs après l’école, des activités culturelles et la recherche d’une mixité pour les habitants du quartier, des bénévoles impliqués.

Cours d’alphabétisation, allemand pour les réfugiés et en face, on garde les enfants, mais avec de réels projets, des tandems de langue, café/rencontres.

Attention : sans contrat de travail, pas d’inscription car tarif progressif en fonction des revenus.

Un programme politique : invitation de toute la population à une plénière des différents acteurs invités sur des sujets d’actualité, des problèmes rencontrés dans le quartier  ( 50 à 80 participants).

Suzanne est coordinatrice et en fonction des projets, elle analyse les besoins, parle aux gens, aide la mise en place des actions, elle réalise un travail « hors les murs », récolte des informations.

Méthode : rassembler des personnes qui ont le même problème et le même besoin : exemple : forte  augmentation des loyers.

Le développement durable est présent dans leurs préoccupations, une posture dans leur projet pédagogique, éducatif humain mais les bâtiments appartiennent à la ville et les rénovations énergétiques coûtent cher. Des actions limitées             http://moabiter-ratschlag.de/nachbarschaftshaus/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.